Deux bébés, 18 Mois d’écart: Comment ne pas devenir fous?

 

Hello!

Comme vous avez pu déjà le lire, j’ai deux enfants.  Ma fille Nana et mon fils Zazou, ont 18 mois d’écart. À l’heure ou je vous parle ma fille a 22 mois (bon ok 2 ans) et mon fils 4 mois .
Il n’y a pas longtemps, j’évoquais les grosses périodes de doutes que j’ai traversé étant enceinte de mon deuxième. Peur de ne pas être à la hauteur. De ne pas pouvoir gérer deux bébés avec des besoins fondamentaux. Chacun est à un moment crucial de son développement, et un seul couac peut faire beaucoup de dégâts.

Je me suis beaucoup mis la pression, parce que premièrement, je venais de démissionner d’un travail que j’affectionnais, sans même savoir que j’étais déjà enceinte de 6 semaines. Ensuite, ma fille aînée n’avait que 9 mois. Elle ne marchait même pas encore (dieu merci le mois d’après c’était réglé). Alors je me suis retrouvée face à mes pires craintes: Comment je vais subvenir à leurs besoins, financièrement, mais surtout comment leur accorder à tout les deux, si petits, l’attention qu’ils méritent.

Pendant neuf mois, j’ai été la meuf la plus chiante de la terre pour mon Chéri. Je pense que n’importe qui m’aurait déjà quitté. Entre joie immense et peur incontrôlée, j’avais hâte de rencontrer mon fils.

Le plus dur je pense, a été de rester seule avec les deux enfants. Papa bosse beaucoup. Et notamment quelques fois le week-end. Je me demandais comment j’allais gérer les pleurs, les repas, tétées et SURTOUT les crises de jalousie de ma fille. Nana n’était plus le centre de l’attention, et à 18 mois, elle avait tout en main pour me faire devenir DINGUE.

Un samedi je l’ai fais, je suis restée une journée entière avec eux. En gros ma fille, il faut l’occuper, sinon elle pleurniche H24. J’ai acheté pleeeeeeeeiiiin de kits de peinture, de pâte à modeler, de crayons de couleurs et compagnie: tout ça pour l’occuper pendant que mon fils restait collé sur moi, impossible de le poser deux minutes sans que ce soit un drame.

La première fois ça a très bien marché. J’étais trop fière de moi, et du coup j’ai décidé que mon chéri pouvait retourner bosser le samedi NORMAL. Le deuxième samedi était moins glorieux: J’EN AI CHIIIIIIÉÉÉÉ  BAVÉ!

Nana en pleine crise de nerfs parce que je  lui ai donné le crayon bleu au lieu du rouge qu’elle convoitait, Zazou en pleine crise de coliques. Nana qui pète les plombs parce que je ne la porte pas pour la consoler et moi, complètement paniquée, qui me demande comment porter une fillette d’un an et demi et un nourrisson d’à peine deux semaines EN MÊME TEMPS!

PANIQUE TOTALE!!!

Des questions existentielles pour moi sur le moment, et me direz-vous mais c’est siiiimpleeeeee tu en poses un et tu t’occupes de l’autre. Et ben non malheureusement je n’y arrivais pas, sachant que ma princesse a besoin de tout autant d’attention, pour ne pas se sentir mise de côté.

Alors j’ai du développer des astuces, et voilà ce qui en est ressorti:

ZEEEEN: On lâche prise. Perfectionniste, adepte de l’organisation militaire, pour moi, une journée pas organisée n’était même pas envisageable.

Malheureusement pour moi et heureusement pour la vie, un enfant c’est quand même vachement imprévisible. Ne sachant pas encore gérer ses émotions, Nana peut déclencher une crise pour des choses qui me semblent minimes.  Alors j’ai appris à respirer et laisser faire. La laisser jouer librement, l’occuper quand elle le demande et ça c’était plus facile quand j’ai commencé à…

Attribuer son rôle de grande soeur à ma fille:  Un enfant ça observe beaucoup. Et vous remarquerez que nos bambins veulent toujours faire comme nous. Non ils ne sont pas “en affaire”. Nous sommes juste leur modèle tous les jours, et ils convoitent souvent nos clés de voiture, la télécommande ou le téléphone portable parce que ce sont des choses que nous avons tout le temps à la main.
Je l’ai donc laissé m’aider à m’occuper de son frère: va chercher la couche, prends-moi sa serviette, déchire un morceau de coton . Du coup elle s’est sentie comme maman, investie d’une mission, un super jeu auquel maman et son frère participent.

J’ai ressorti le porte-bébé: Et ouii je n’ai pas dix bras et des fois, mon grand bébé de fille a besoin que je la porte, pour monter les escaliers, sur la chaise haute ou bien juste parce qu’elle me fait une mini crise de jalousie.

Alors un bébé de 2 semaines c’est très petit et une Nana de un an et demi c’est onze kilos et des poussières. Le porte bébé m’a beaucoup aidé à la maison. Zazou sentait ma présence en permanence et était bercé par mes mouvements. J’évitais les pleurs intempestifs.

Pour les sorties comme la plage, c’est tout aussi pratique. Avec 3 sacs, un enfant et un bébé c’est parfois périlleux quand on est seul! Vive le porte-bébé et merci ma copine Nanou pour ce super cadeau.

J’ai appris à me faire confiance: La BASE! Je ne vais pas m’étaler, mais se faire confiance c’est le plus dur mais le plus important. Déjà pour refouler tous les macos et conséyè-ki-pa-lé-péyè*. Oui parce que les gens ont toujours un conseil à donner comme si on leur avait demandé leur avis.

Ensuite parce qu’en se faisant confiance, les enfants ont confiance. Et croyez le ou non, mais ces  petits cerveaux captent vite quand on est en stress. Je l’ai expérimenté avec les deux: moi stressée et les deux bébés pleurent en même temps sans raison apparente. Alors on souffle et on fait comme on peut et surtout COMME ON PEUT!

Accepter d’être aidée: Je me prends souvent pour une super woman, et puis un jour je craque parce que le mental ne suit pas toujours. Dieu merci, j’ai un Chéri à toutes épreuves: présent et conciliant. Je peux compter sur lui quand j’ai besoin d’un break même si des fois il est relou et laisse son côté boug-an-ba-bwa prendre le dessus.

J’ai aussi une maman en or et une famille et des amies SUPERS! J’accepte volontiers qu’on me garde un petit le temps de quelques heures ou d’un week-end, histoire de souffler ou de m’occuper de moi ou d’autre chose.

Voilà un peu comment j’ai pu survivre, en tout cas au début. Aujourd’hui je suis vraiment plus sereine. En grandissant, les besoins changent et c’est un tout autre challenge! Je vous en dirai des nouvelles!

 

2 thoughts on “Deux bébés, 18 Mois d’écart: Comment ne pas devenir fous?

Add yours

  1. Je trouve dommage le fait que je découvre ton blogspot aujourd’hui. A travers ton histoire j’ai cru retrouvé la mienne car je suis également mère de deux enfants qui ont 18 mois d’écart.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑